Cuisine asiatique,  Plats,  Recettes du monde,  Végétarien,  Viandes,  Volaille

Iridori, plat mijoté japonais

Je partage avec vous la délicieuse recette de ce plat japonais, l’iridori, recette qui m’a été transmise par Frank, le collègue singapourien de mon mari. Il me fait découvrir des plats qu’il aime cuisiner. Grâce à lui, j’ai découvert le poulet à l’huile de sésame, les jujubes  … de plus, il me fourni régulièrement en produits asiatiques pour réaliser les recettes!

l’iridori est un plat mijoté de poulet et légumes racines qui, traditionnellement, cuisent dans un bouillon dashi, dont je vous parlais dans un précédent billet; ce bouillon réalisé à partir d’algue kombu et de bonite séchée apporte une saveur « umami » à un plat et fait de cet iridori un mets très délicat et savoureux.


Iridori, plat mijoté japonais





Ce plat est traditionnellement servi lors des célébrations du Nouvel An, fêté comme nous le 1er janvier. Le terme  « osechi ryōri » (御節料理) désigne les plats  préparés à l’occasion du Nouvel An.

Vous pouvez sans aucun souci réaliser une version végétarienne en ôtant le poulet et en le remplaçant -ou non- par des oeufs durs.

Je n’ai pas trouvé de gelée de konjak (Konnyaku); il semblerait d’après Frank qu’un Japonais « serait capable de m’assassiner » si je servais ce plat sans konjak à l’occasion de la nouvelle année! Oups! Bon, il m’a donné le « OK » pour le remplacer par des shiitaké! Et puis, de toutes façons, je ne suis pas fan de konjac! 


traditional japanese stew with dashi stock



Pour plus de saveur, préférez la cuisse de poulet au blanc. Frank préconise de découper la cuisse en bouchées après l’avoir bouillie; j’ai suivi son conseil. Pour les pommes de terre qu’il épluchait après pré-cuisson, j’ai suivi sa technique, mais je ne trouvais pas des plus pratique de les éplucher encore chaudes, je note donc de les éplucher avant cuisson dans la recette.

Iridori

Préparation: 20 min
cuisson: 1 h

Ingrédients/ 3 personnes

  • 300-400 g de poulet désossé (de préférence des cuisses)
  • 1 carotte
  • 1 radis blanc daikon (200 g)
  • Grosses pommes de terre (300 g)
  • 100 g de gelée de konjak en bloc 
  • 500 ml de bouillon dashi 
  • 1 c à s de sauce soja light
  • 1 à 2 à s de vin de riz ou sake (vin de shaoxing pour moi) 
  • Poivre blanc
  • facultatif : quelques shiitake
 
Retirez la peau du poulet.
 
Épluchez, lavez la carotte, les pommes de terre et le radis en gros morceaux.


 



Faites bouillir 1 l d’eau et faites-y précuire les cubes de carottes et de radis 5 min, puis égouttez-les.
 
Placez les pommes de terre dans l’eau bouillante pendant 10 min, puis égouttez-les. Elles doivent être cuites à 50 %, vérifiez avec un pic. 
 
Coupez le konjak en bâtonnets. Ajoutez-les à l’eau bouillante et faites les cuire 15 min. Égouttez.
 
Finalement, placez le poulet dans l’eau bouillante, faites cuire jusqu’à ce qu’il soit rosé et découpez-le en morceaux de la taille d’une bouchée. Si vous avez choisi du blanc de poulet, vous pouvez découpez le blanc en morceaux d’1,5 fois la taille d’une bouchée avant de le bouillir.
 
Faites bouillir 500 ml de dashi dans une autre casserole. A ébullition, ajoutez les ingrédients précuits, (et les shiitake),en vous assurant que les ingrédients soient couverts par le bouillon. Faites cuire à température moyenne 15 à 20 min sans couvrir. Le bouillon va réduire de moitié.


iridori
 
Une fois cuit, ajoutez 1 c à s de sauce soja, une pincée de poivre blanc et 1 à 2 c à s de vin de riz.
 
Vous pouvez ajouter 1 c à c de sucre si vous le souhaitez, mais ce n’est pas obligatoire (je n’en ai pas mis).
 
Servez aussitôt, accompagné ou non de riz.
 
NB: vous pouvez remplacer le radis ou le konjak par des champignons (shiitake par exemple), utiliser du porc, ajouter des oeufs durs.



iridori

 

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.