Cuisine bretonne,  Poissons,  Recettes du monde

Patates « pigouille », façon Quéménès

Connaissez-vous l’île Quéménèspetite île bretonne située dans l’archipel de Molène, en breton « Moal enez », « l’île chauve »? Elle mesure 1300 m de long pour 300 m de large et seule une famille y habite.

Sur ce petit bout de terre, propriété du conservatoire du littoral depuis 2003, se trouve une ferme biologique autonome en énergie qui fait aussi maison d’hôte. La ferme produit des pommes de terre et élève des moutons.

Les anciens locataires, Soizic et David, qui y ont vécu 10 ans, ont partagés avec Julie Andrieu, lors de l’une de ses émissions « les carnets de Julie » la recette de ces « patates pigouille » recettes qu’ils tenaient de l’ancien curé de Molène.


Patates "pigouille", façon Quéménès



Le terme « Pigouyer », en breton, signifier goémonier; les ramasseurs, goémoniers ou faucheur de goémon utilisant une « pigouille »(perche), terme n’étant pas propre à la Bretagne mais commun aux marais atlantiques.

Il s’agit d’un genre de potée associant viande (la saucisse) et poisson.
Les légumes, superposés en couches successives, sont parfumées par les saucisses de Molène. Fumées aux algues, elles ont un goût absolument unique, très puissant.
Autrefois, pour conserver les saucisses malgré l’humidité ambiante, les Molénais utilisaient la fumaison, mais compte tenu de l’absence d’arbre sur l’île, battue par les vents et les embruns, ils utilisaient les ressources locales, à savoir, les algues.
Pour ceux qui ne pourraient dénicher la dite saucisse, vous pouvez la remplacer par une autre saucisse fumée, même si le goût du plat s’en trouvera changé.



Saucisse de Molène



Ce plat est facile à réaliser, mais IL IMPOSE DE NE JAMAIS REMUER. C’est très très important 

En cette saison, j’ai remplacé les courgettes par des panais. Pour lier un peu la sauce, je rajoute un peu de maïzena.




Patates "pigouille", façon Quéménès


Patates « pigouille », façon Quéménès

Préparation: 15 min
Cuisson 20 à 30 min

Ingrédients/ 6 personnes
  • 2 carottes
  • 2 courgettes  3 petits panais
  • 2 blancs de poireaux
  • 4 pommes de terre à chair ferme
  • 500 g de lieu jaune (ou cabillaud)
  • 30 g de beurre 1/2 sel
  • 2 saucisses de Molène (ou autres saucisses fumées)
  • 1 verre d’eau (environ)
  • 25 cl de crème fraîche épaisse
  • 1 1/2 c à c de maïzena
  • Sel, poivre


Lavez les légumes, épluchez les carottes, les pommes de terre et les panais. Coupez-les en rondelles de 1 cm; faites de même avec les blancs de poireaux que vous aurez soigneusement lavés.

Faites fondre le beurre dans une grande sauteuse, disposez les légumes en couches successives, en commençant par les carottes, puis les poireaux, et en terminant par les panais (ou courgettes) et les pommes de terre. Disposez dessus les saucisses coupées elles-aussi en rondelles de 1 cm. Mouillez à mi-hauteur avec l’eau. Poivrez et salez légèrement. Couvrez et laissez cuire 20 à 30 min à feu doux sans jamais remuer.


Patates "pigouille", façon Quéménès



Une fois les légumes cuits (vérifiez avec la pointe d’un couteau), déposez le poisson coupé en lanières de 3 cm sur la préparation, versez dessus la crème fraîche et la maïzena diluée dans 1 c à c d’eau sans remuer et laissez cuire à couvert 5 min.


Patates "pigouille", façon Quéménès



Retirez le couvercle et laissez la sauce réduire quelques minutes. Servez chaud.


Patates "pigouille", façon Quéménès



7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.